On Life, love and Politics

"Random musings about Life, love and Politics. Just my open diary on the events going on in the world as I see it."

Frayeurs : Le cortège présidentiel victime d’un accide February 22, 2010

Filed under: Uncategorized — kikenileda @ 8:27 AM

Deux motos et un camion sont entrés en collision sur l’axe Mbalmayo-Yaoundé près de Nsimalen jeudi dernier.

Les stigmates sont encore visibles sur la route. Les traces de dérapages du motard de l’escorte qui a voulu esquiver un camion tombé en panne, marquent encore la broussaille du village. A Zamakoé ce jeudi 18 février 2010, les populations vaquent à leurs occupations. Et, comme d’habitude, elles sont témoins du passage du cortège présidentiel. Pour les villageois dont l’accoutumance à ce cortège fait désormais partie de leur vie, c’est une occasion de plus pour saluer le président de la République, ou admirer les belles limousines qui constituent son escorte. Au lieu dit Zamakoé, localité située à 20km au départ de Mbalmayo, et à une trentaine de Yaoundé, le bruit strident retentit ; il alerte les populations. 



Deux motos de tête du cortège viennent de faire un accident grave. L’une a violemment percuté un camion tombé probablement en panne, et garé presque sur la chaussée, tandis que la deuxième a effectué une sortie de route et achevé sa course bien loin dans la brousse. «Les deux motos de tête se sont retrouvées face à un obstacle qui était un camion tombé en panne sur la route. La première qui n’a pas pu l’éviter, est entrée en collision avec le véhicule, tandis que la deuxième qui a pu l’esquiver, est entrée en brousse ; c’est à près de 500 mètres qu’on l’a retrouvée», explique un riverain l’air encore surpris par l’ampleur et la qualité de l’accident. Le reste du cortège a esquivé les accidentés et poursuivi son itinéraire à la même vitesse sur Yaoundé.

Virage
Alertés par le bruit, les populations sortent de leurs maisons complètement paniquées, ne pouvant sur-le-champ, avoir le courage de voler au secours des victimes compte tenu de leur qualité sociale. Elles restent perchées sur la colline qui surplombe la chaussée, se lamentant du sort des deux soldats. Selon des témoins, l’accident est survenu à un virage fermé, laissant peu de visibilité et des possibilités de croisement. 
Ce virage aux dires des usagers de la l’axe Yaoundé-Mbalmayo, est l’objet de fréquents accidents graves entraînant régulièrement des pertes en vies humaines. «Le virage est sur une colline, ce qui ne laisse pas beaucoup de temps de réaction à n’importe quel automobiliste qui se retrouve face à un obstacle à cet endroit», raconte un témoin, qui a suivi le cortège présidentiel depuis sa sortie de la ville de Mbalmayo. 

Il a relevé l’extrême vitesse de ce cortège, allant jusqu’à se demander ce qui pourrait justifier cela, lorsqu’on connaît l’étroitesse de nos routes départementales !
Selon des sources proches de la Garde présidentielle, c’est le caporal Bello qui se trouvait en tête est entré en collision avec le camion, alors que le sergent Meka a pu éviter le choc avec le véhicule. Ces deux éléments de la Compagnie moto de la garde présidentielle, laissés par le cortège, seront, selon des sources, transportés plus tard par une ambulance appelée d’urgence de Yaoundé. Ils on été admis l’hôpital de la garde présidentielle à Obili, puis par la suite au bloc opératoire dans un hôpital de la ville, ils n’en étaient pas sortis jusqu’à dimanche matin.

Sur le terrain, plus de trace du camion tombé en panne, ni celle des deux motos qui sont hors d’état de rouler à tout jamais, elles aussi ont été enlevées. Ce jeudi n’aura pas été béni pour le cortège présidentiel qui revenait de Mvomeka’a, le village natal du président de la République. Quelques minutes après cet accident survenu à Zamakoé, un des pneus du véhicule transportant le président de la République s’est crevé à Tropicana. Quelques temps après, il est transféré dans un autre véhicule qui le conduit à Etoudi, où il devait recevoir en audience Michel Rocard. Une semaine plus tôt, un motard qui avait effectué une sortie de route au même endroit, achevait sa course dans un buisson. Cette série d’incidents arrive après qu’un forcené ait tenté de barrer la route au cortège présidentiel à la poste centrale.

Pierre Célestin Atangana

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s