On Life, love and Politics

"Random musings about Life, love and Politics. Just my open diary on the events going on in the world as I see it."

Chefferies traditionnelles : Qu’est ce qui fait courir les personnalités ? February 17, 2010

Filed under: Politics/Politique — kikenileda @ 8:08 AM

Bami_chief
 Ils sont de plus en plus nombreux les membres du gouvernement et les directeurs généraux qui « acceptent » le poste de chef de village. 

De toute évidence, la chefferie traditionnelles n’est plus ce qu’elle était, c’est-à-dire quelque chose de désuet, voire d’anachronique. A preuve, il n’est plus rare de voir un membre du gouvernement quitter son poste pour rejoindre son village et se faire introniser chef. Ce fut le cas d’Ibrahim Mbombo Njoya, actuel sultan des Bamouns et du lamido actuel de Rey-Bouba qui ont en leur temps abandonné des postes ministériels pour leurs chefferies siruées respectivement à l’Ouest et au Nord. Mais, dans le Centre, au Sud et à l’Est où les chefferies ne sont pas aussi puissantes, les membres du gouvernement devenus entre-temps chefs traditionnels, préfèrent le cumul. Histoire d’éviter de lâcher la proie pour l’ombre. 



Très marginal il y a à peine deux décennies, le phénomène tend de nos jours à se généraliser. Simple effet de mode ou véritable lame de fond qui cache des enjeux souterrains ? Difficile de se prononcer en l’état actuel des choses. N’empêche qu’ils sont nombreux aujourd’hui ceux qui trouvent très suspecte cette propension pour certaines personnalités bien connues à se faire appeler « Majesté ». 

Si certaines d’entre elles peuvent effectivement prétendre avoir pour ainsi dire du sang royal dans les veines, la plupart n’auront concrètement découvert le lien qui les unit à la chefferie qu’après avoir été nommés membres du gouvernement, ou directeur général, jetant ainsi une ombre de suspicion sur cette intronisation et aussi sur cette vénérable institution traditionnelle qu’est la chefferie. 

Décriée pour leur soit-disant caractère anti-constitutionnel – les individus naissant libres et égaux en droit, cela serait donc incompatible avec le principe d’hérédité en vigueur dans les chefferies – les chefferies traditionnelles, malgré tout fascinent toujours et semblent même avoir encore de beaux jours devant elles. Dans certaines régions du pays, les chefs traditionnels conservent une grande influence morale, voire spirituelle sur leurs administrés. Auxiliaires de l’administration, l’Etat leur prévoit même un bel avenir. La Constitution du 18 janvier 1996 assure la représentation des chefferies traditionnelles en prévoyant leur présence dans les conseils régionaux. 

Est-ce cette perspective qui pousse nos hautes personnalités à se ruer dans les villages et se faire introniser chefs de leurs communautés en prévision de leur sortie éventuelle des affaires ?. Il y en a qui le croient fermement. Dans le doute, nous avons donné la parole à trois de ces hautes personnalités pour qu’elles nous disent elles-mêmes ce qu’elles en pensent. Il y a un membre du gouvernement, un directeur général, et un directeur d’une institution universitaire. Trois hommes, trois itinéraires et trois approches différentes. Leurs témoignages sont édifiants.

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s