On Life, love and Politics

"Random musings about Life, love and Politics. Just my open diary on the events going on in the world as I see it."

Les trois péchés d’orgueil February 5, 2010

Filed under: Opinion Corner/Votre opinion — kikenileda @ 10:16 AM

Pas besoin de le rappeler ici : avec un tissu social déchiré et déliquescent, des salaires coupés des deux tiers, une élite politique décimée et envoyée en prison à un rythme méthodique qui trahit des luttes de clans pour le contrôle du pouvoir, le Cameroun réunit tous les ingrédients d'une situation explosive, au moins égale à celle du Soudan ou de l'Afghanistan. Et pourtant, depuis de nombreuses années, le Cameroun a traversé toutes ces épreuves dans une Afrique centrale souvent à feu et à sang, au point de revendiquer une enviée réputation de "pays stable". De quoi sans doute conforter une thèse que d'aucuns trouveront paresseuse, selon laquelle une fée aurait posé ses mains sur ce pays encore appelé l'Afrique en miniature. 


Y a-t-il un rapport avec la situation de notre football au moment où les Lions indomptables viennent d'être éliminés sans gloire aux quarts de finale de la Can Orange Angola 2010 remportée hier par l'Egypte ? Oui, si on considère que les éléments subjectifs et parfois paranormaux signalés plus haut ont fini par nous convaincre que nous avons quelque chose de supérieur aux autres nations. Et l'analyse de cette élimination précoce, même intervenant à la suite d'un match contre l'Egypte, éternelle bête noire, permet de faire ressortir ce que nous appellerons les trois péchés d'orgueil.

Le premier péché d'orgueil aura été celui de Paul le Guen, l'entraîneur sélectionneur national. Qui prend en main une équipe en lambeaux que seul le décès du président Omar Bongo Ondimba (et le renvoi subséquent de son premier match contre le Gabon en juin 2009) a permis de garder dans le coma, et qui, dans la foulée, remporte les quatre matches restant pour les éliminatoires couplés Can/Coupe du monde. S'il permet donc aux Lions indomptables de rattraper leur place pour le prochain rendez-vous en Afrique du Sud, il ne donne à personne assez de recul pour se rendre compte que les matches en question concernent le Gabon (deux fois), le Togo à Yaoundé et une équipe réserve du Maroc à Fès. Mais pour Paul Le Guen, entraîneur jusque-là contesté en France et en Europe, cela a changé la donne, faisant de lui le nouveau Robin des Bois, au point de l'autoriser à poser des conditions sous forme de chantage pour le renouvellement de son contrat, avec des exigences supplémentaires à celles, déjà élevées, de son premier contrat.

Un stage bâclé et des compositions d'équipe tatillonnes plus loin ont permis à tout le monde de se rendre compte que le sélectionneur ne devait prendre que sa place : celle d'un mercenaire, comme plusieurs de ses prédécesseurs, qui vient gagner un peu d'argent et une réputation lui permettant de postuler à un emploi dans une équipe de division 1, à défaut en équipe nationale de France. Le second péché d'orgueil est celui des joueurs eux-mêmes. On peut le constater au lendemain de cette Can 2010 : la plupart ont une réputation et une exposition médiatique dépassant de loin leur valeur réelle. Beaucoup ont continué de penser par orgueil que les patronymes ronflants de leurs clubs suffisent à attester l'efficacité de leurs performances individuelles. Cette Can montre, avec une équipe soudée d'Egypte constituée essentiellement de joueurs évoluant dans le championnat national et une sélection ghanéenne formée de moitié par des joueurs de l'équipe nationale junior, que la compétition de terrain ne connaît pas Chelsea, Inter Milan ou Barcelone. Et qu'il ne sert à rien de donner un âge inexact puisque la vérité du terrain finit toujours par rattraper les tricheurs.

Le troisième péché semble venir du peuple camerounais lui-même. Lui qui continue de regarder le football avec des yeux mouillés de larmes de préjugés. Qui a encore de la difficulté à modifier son regard, enregistré auprès d'une équipe constituée de quelques joueurs d'exception comme Roger Milla, Thomas Nkono ou Théophile Abega. Qui gagnerait à opérer cette rupture épistémologique pour s'accommoder d'une sélection ordinaire, ayant de surcroît en son sein des joueurs au passé besogneux et qui aujourd'hui n'arrivent plus à tenir sur leurs jambes et s'entêtent cependant à maintenir leur position en sélection, pour battre d'improbables records individuels, même au détriment de la performance de l'équipe. Il faudra donc se faire à cette équipe nationale susceptible d'être très souvent battue, en espérant cependant qu'elle sera complétée par d'autres joueurs ordinaires mais volontaires, qui hésitent encore à rejoindre les rangs, de fait d'obstructions diverses de quelques "anciens".

Mais qui opèrera les mutations ? Sûrement pas Paul Le Guen, qui dit ne rien regretter de cette Can ratée et humiliante, mais qui promet cependant une coupe du monde plus "heureuse" où le Cameroun n'ira pas au de là des quarts de final atteints en 1990 en Italie, en utilisant par contre la méthode Coué. Ni, encore moins Samuel Eto'o qui s'en est pris aux… ballons, pourtant utilisés par toutes les équipes, y compris les finalistes. Il faudra pourtant se débarrasser de ces péchés d'orgueil. La solution viendra peut-être, et encore, des politiciens qui ont beaucoup misé sur les résultats des Lions pour se construire des programmes et des ambitions et qui, avec cette Can manquée, commenceront à se lasser de cette forme d'investissement de moins en moins rentable, depuis les extraordinaires retombées de la fabuleuse épopée de la coupe du monde de 1990 et des deux sacres continentaux de 2000 et 2002. 
Que le temps est long, que les péchés d'orgueils sont tenaces.

Par Alain B. Batongué

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s