On Life, love and Politics

"Random musings about Life, love and Politics. Just my open diary on the events going on in the world as I see it."

Le Cameroun retrouve l’Egypte January 23, 2010

Filed under: Indomitable Lions/Lions Indomptables,Sports — kikenileda @ 5:01 AM

Un nul obtenu de haute lutte face à la Tunisie (2-2) qualifie les Lions
pour les quarts de finale. Le Cameroun, deuxième du groupe D,
affrontera l’Egypte lundi à Benguela.

La Can de la souffrance. Ce pourrait être le titre d’un roman
consacré à la Can 2010. Vu du Cameroun. Cameroun-Tunisie était
considéré comme le match de la confirmation pour les Lions. La
troisième et dernière rencontre de poule des Lions a été une fois de
plus, une fois encore le match du doute, des nerfs, des atermoiements,
des hésitations. De la souffrance tout court. Mais au finish, on
retient le résultat. C’est ce qui compte. Le Cameroun termine deuxième
de son groupe selon la Caf et premier selon le règlement de la
compétition, avec quatre points, comme la Zambie et le Gabon.

Vainqueur
des Panthères (2-1), les Chipolopolos clouent Daniel Cousin et ses
camarades sur le poteau d’exécution de Benguela, à la faveur du goal
average particulier. C’est cruel. N’est-ce pas ? Avec le sport, il faut
parfois composer avec les règlements. Et voilà, le Cameroun qui se
retrouve dans la même configuration qu’en l’an 2000 au Ghana. Il avait
le même nombre de points que la Côte d’Ivoire et le Togo.
Les Lions sont donc en quarts de finale. Une défaite face au Gabon
(0-1), une victoire face à la Zambie (3-2), un nul à l’arraché face à
la Tunisie qui a mené deux fois au score. Les Lions ont voulu donné la
chicotte aux Aigles pour se faire battre. Cueillis à froid à la
première minute, l’équipe va attendre la 46e mn pour égaliser par
Samuel Eto’o sur une passe décisive de Webo. Une mauvaise communication
entre Chedjou et Kameni offre à la Tunisie son deuxième but. Une minute
plus tard, les Lions qui ne font que réagir à cette Can, au lieu
d’agir, égalisent par Nguemo, qui restait jusque-là sur une prestation
mitigée. Comme le coaching de Paul Le Guen qui a changé six joueurs
dans un match aussi décisif, titularisé Mandjeck, Chedjou, Eyong,
Binya, Nguemo et Idrissou.

L’équipe qui ressemblait à une maison de retraite jusqu’au match de
dimanche dernier face à la Tunisie s’est subitement transformée en une
auberge de jeunesse ou tout simplement en un jardin d’enfants où les
mômes voulaient prendre le pouvoir. Les chroniqueurs sportifs, présents
au stade de Tundavala, commentant ce qui ressemblait à la « révolution
du 21 janvier », marquée par la mise à la touche d’Emana, de Njitap et
de Song, ont alors parlé de « tsunami ». Mais, le tremblement de terre
n’a pas eu l’effet escompté.

L’amplitude
est faible. Le lancement du chantier aurait dû intervenir un peu plus
tôt, en début de compétition. On a la fâcheuse impression que Le Guen
découvre son équipe à la CAN. Si le coach gère bien ses matches, les
remplacements notamment, comme ceux d’hier (Song à la place de Binya,
exposé à un carton rouge, Webo à la place de Makoun et Bikey, suppléant
de Nguemo), son projet de jeu reste encore flou. Le chantier reste
immense. Lundi prochain face à l’Egypte, un gros morceau à Benguela,
les Lions Indomptables et Paul Le Guen passent un autre test. Le
Cameroun qui oscille entre la rupture et le changement à cette Can
avance certes à pas de tortue vers Luanda, mais il avance quand même.

Mutations

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s