On Life, love and Politics

"Random musings about Life, love and Politics. Just my open diary on the events going on in the world as I see it."

L’affaire Laurence Vergne attend Biya à Paris July 18, 2009

Filed under: Uncategorized — kikenileda @ 11:20 AM

Deux ans et demi après la mort de la biologiste, à Yaoundé, l’énigme
reste entière. Tous les suspects arrêtés ont été relâchés l’année
dernière. A quelques jours de la visite de Paul Biya en France, les
enquêtes peuvent-elles enfin aboutir?


Décidément,
le futur voyage de Paul Biya en France où il est attendu le 21 juillet
prochain, ne s’annonce pas des plus tranquilles. Alors que la diaspora
camerounaise s’agite dans tous les sens et promet une grande
manifestation ce jour-là même, Porte d’Auteuil (qui abrite l’ambassade
du Cameroun à Paris), dans l’après-midi, voici qu’un nouveau caillou
vient se loger dans la chaussure du chef de l’Etat. Et pas des
moindres! Puisqu’il s’agit de l’affaire Laurence Vergne. Relancée par
notre confrère Ouest France, dans son édition de samedi 11 juillet:
“…Paul Biya nous avait dit que “les véritables coupables seraient
punis et qu’il se portait personnellement garant de l’action
judiciaire”, se souvient David Lebœuf, le compagnon de Laurence Vergne.
Depuis, rien de nouveau. Tout au plus, les neufs suspects arrêtés au
lendemain du drame ont été tous remis en liberté.



Laurence Vergne, biologiste de 31 ans, originaire de la Dordogne, en
France, avait été tuée dans la nuit du 6 au 7 janvier 2007, alors
qu’elle raccompagnait une amie à son domicile du côté de Yaoundé. Elle
s’était retrouvée face à des cambrioleurs dont l’un d’eux n’a pas
hésité à tirer sur Laurence Vergne avec un fusil. Plus de deux ans
après les mots du président de la République du Cameroun, David et la
famille de Laurence Vergne n’en savent toujours pas davantage sur les
circonstances exactes de ce qui s’est passé. Ils en savent encore moins
sur le(s) responsable(s) de cet acte odieux. Une information judiciaire
a pourtant été ouverte également du côté français, en juillet 2007,
après la plainte portée par la famille au mois de mai de la même année.
Surtout, les médias tant au Cameroun qu’en France se sont largement
emparés de ce drame, exerçant de fait une pression qui aurait dû
permettre un aboutissement rapide des enquêtes. Au lieu de cela, force
est de constater que les choses ne semblent guère avoir avancé de
manière significative. Pourquoi?

“Des promesses aux actes”
Difficile à savoir. Si ce n’est que du côté camerounais, le
fonctionnement de l’appareil judiciaire dans ce genre d’affaire, a
montré il y a belle lurette ses limites. Soit par manque de moyens,
soit par manque de volonté réelle de rechercher la vérité, soit encore
du fait des dysfonctionnements inhérents à un régime corrompu où seuls
les gens qui ont de l’argent peuvent espérer avoir droit à la justice.
Quant à l’enquête ouverte côté français, elle pourrait bien se heurter
à des obstacles politiques. Sinon, comment comprendre que la famille et
les proches de Laurence Vergne ne soient pas informés des conclusions
de la commission rogatoire internationale requise par le magistrat
instructeur? Certes le Quai d’Orsay reconnaît que cette commission
rogatoire, sollicitée depuis novembre 2008 n’a été accordée qu’en avril
2009, ce qui veut dire il y a à peine trois mois. Ce à quoi rétorque
David Leboeuf: “Nous n’avons aucune information sur l’enquête menée
là-bas”. Le compagnon de la victime constate par ailleurs que d’autres
familles sont reçues à l’Elysée pour des affaires semblables et pas la
famille de Laurence Vergne.
Encore sous le choc, David Leboeuf compte profiter de la prochaine
visite en France de Paul Biya, le 21 juillet, pour relancer l’affaire
Laurence Vergne: “Je suis écœuré, on a été patient. On a eu des
promesses. On veut des actes maintenant. Laurence méritait mieux que ce
silence assourdissant…Il est hors de question d’abandonner”,
martèle-t-il. Et si l’avocat nantais de David s’interroge si les
raisons diplomatiques ne l’emportent pas sur la recherche de la vérité
dans la mort de Laurence Vergne, le Quai d’Orsay lui oppose qu’il n’a
rien à cacher: “Il n’y a aucune volonté de blocage de notre part”.
Coopérante française, Laurence Vergne était chercheuse depuis 2005 à
l’Institut français pour la recherche et le développement. Elle vivait
à Yaoundé, la capitale du Cameroun, avec son compagnon vendéen, David
Leboeuf. Elle a été abattue dans la nuit du 6 au 7 janvier 2007. Sa
famille attend de savoir la vérité pour faire son deuil. 

Par Jean-Célestin EDJANGUE à Paris

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s