On Life, love and Politics

"Random musings about Life, love and Politics. Just my open diary on the events going on in the world as I see it."

Douala : Un député Rdpc accusé de vouloir arracher un terrain June 29, 2009

Filed under: Uncategorized — kikenileda @ 11:21 PM

Albert Dooh Collins a fait vendre une parcelle par un agent immobilier, et remet les transactions en cause 4 ans plus tard.

L'affaire débute en mars 2005. Devant maître François Ndjidjock,
notaire intérimaire à la 17ème charge du Tribunal de première instance
de Douala, Albert Dooh Collins, actuellement député Rdpc à l'Assemblée
nationale, signe une procuration à Alexis Tchinda Fomath, directeur
général du Groupe Tatsi, une agence immobilière basée à Douala. La
procuration dont Mutations a pu obtenir copie "donne pouvoirs" au
bénéficiaire de "vendre de gré à gré, aux personnes et au prix, charges
et conditions que le mandataire jugera convenables, les biens
immobiliers objet du titre foncier numéro 34489/W, volume 174,folio 6".
Fort de ce mandat, Alexis Tchinda vend la totalité de la parcelle de
plus de 4 hectares à des tiers, dont Théodore Kana, le président
national de l'Association des jeunes hommes d'affaires du Cameroun, qui
reconnaît avoir acheté 1000 mètres carrés sur cette parcelle située au
lieu dit Yassa à Douala, à 15 millions de Fcfa.

Mais, par lettre
datée du 4 juin dernier, le vendeur saisi les différents acquéreurs de
la parcelle, pour les "informer de la situation insolite qui se
présente à [lui] et qui tendrait à remettre en cause la parcelle de
terrain [qu'ils ont acheté] sur l'immeuble objet du titre foncier
numéro 34489/W appartenant au sieur Dooh Collins". Dans cette
correspondance, Alexis Tchinda informe les différents acquéreurs
qu'après lui avoir confié par devant notaire l'opération de vente de
son terrain, Albert Dooh Collins voudrait remettre en cause les
transactions faites par l'agence immobilière, "afin de spolier [les
acquéreurs] du bien [qu'ils ont] acquis. Nous avons immédiatement pris
des mesures conservatoires, notamment l'inscription d'une prénotation
judiciaire sur ledit titre foncier pour empêcher toute nouvelle
transaction préjudiciable". L'ordonnance y afférent a été signée le 5
mai 2009 par Philippe Nyetam, le président du Tribunal de première
instance de Douala-Ndokoti.

C'est que le 8 avril 2009,
c'est-à-dire 4 ans après avoir donné la procuration pour la vente du
terrain qui lui appartenait à l'époque, Albert Dooh Collins a saisi le
chef service régional du cadastre du Littoral, afin de demander des
morcellements sur la parcelle querellée. Dans sa correspondance, le
député du Rdpc du Wouri Centre écrit : "suite aux transactions
foncières illicites effectuées sur la parcelle (…) dont je suis
propriétaire, et afin de me permettre de rentrer en possession de la
totalité de sa superficie et la gérer à ma convenance, j'ai l'honneur
de vous demander de bien vouloir procéder à la remise à l'état initial
des documents cadastraux relatifs à cette parcelle et mis à jour dans
vos services à la suite des demandes de morcellements dont je ne suis
pas l'initiateur". Dans le même temps, dans un exploit d'huissier
notifié au Conservateur du Littoral par Me Suzanne Edimo, Albert Dooh
Collins indique que "il m'a été révélé qu'un individu nommé Tchinda
Fomath Alexis aurait entrepris de procéder à des ventes de parcelles
dudit immeuble, en vertu d'une ''procuration'' que je lui aurais
conféré".

En clair, Albert Dooh Collins, qui malgré de multiples
sollicitations depuis une semaine ne s'est pas montré disposé à réagir
sur cette affaire, ne reconnaît pas avoir délivré de procuration à qui
que ce soit pour la vente de son terrain. Ce qui signifie que la
procuration signée le 17 mars 2005 devant le notaire François Ndjidjock
est fausse, selon lui. En tout cas, l'affaire a été portée à la
connaissance de la hiérarchie du Rdpc. En effet, le 28 mai 2008,
Théodore Kana, qui est l'un des acquéreurs de la parcelle querellée, a
adressé une lettre "au président national du Rdpc S/c du secrétaire
général du comité central", dans laquelle il dénonce "le trafic
d'influence du député Albert Dooh Collins", qui "usant et abusant de
son statut de député du Rdpc a de nouveau occupé, au mépris de la loi,
l'ensemble du lotissement mis en vente avec son autorisation et ne se
prive pas d'y effectuer des travaux, tout en interdisant l'accès des
lieux à ses légitimes propriétaires".

Brice R. Mbodiam

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s