On Life, love and Politics

"Random musings about Life, love and Politics. Just my open diary on the events going on in the world as I see it."

Expulsion de Camerounais en Guinée Equatoriale : une solution négociée en vue June 13, 2009

Filed under: Uncategorized — kikenileda @ 10:43 AM

L’ambassadeur du Cameroun en Guinée Equatoriale, Lazare Mpouel Bala, a
donné hier un point de presse au ministère des Relations extérieures.

Dès le début de l’entretien avec les médias, le ton est à
l’apaisement. « Il n’y a pas la guerre entre nos deux pays », déclare
Lazare Mpouel Bala, l’ambassadeur du Cameroun en Guinée Equatoriale.
Arrivé au pays en compagnie du consul du Cameroun à Bata, Justin-Joël
Abessolo, dans le cadre de la préparation de la prochaine commission
mixte Cameroun-Guinée Equatoriale, prévue du 22 au 25 juin prochain à
Malabo, le diplomate a tenu à éclairer les médias sur la situation des
« expulsés » camerounais.

Tout en précisant qu’on évoluait vers une
solution encourageante négociée entre les deux pays. « Le gouvernement
camerounais gère ce problème avec pondération et une vision d’avenir.
La Guinée Equatoriale a des problèmes de ressources humaines pour son
développement. Le pays s’est donné des objectifs de développement à
atteindre d’ici 2020 et veut maîtriser ce processus. Son président a
toujours déclaré officiellement ne pas avoir de problèmes avec le
Cameroun », a expliqué Lazare Mpouel Bala.

Les Camerounais en Guinée Equatoriale

« Les Camerounais sont classés en trois catégories, a indiqué
Lazare Mpouel Bala. Il y a ceux qui sont en règle et contribuent, au
quotidien, au développement de ce pays : des directeurs généraux de
sociétés, d’entreprises de travaux publics, des opérateurs économiques,
voire des coopérants qui ont des contrats avec le gouvernement. On les
retrouve également dans les petits métiers. La deuxième catégorie est
composée de nombreux jeunes en quête de travail. Ces jeunes, attirés
par le mirage économique, arrivent en Guinée Equatoriale soit par la
mer, et même par la côte, soit par la route, précisément par les pistes
de brousse. L’infiltration des immigrés clandestins ne se fait pas par
la frontière. On peut les comprendre, mais ça pourrait être mieux
préparé. Car ce sont ces Camerounais qui sont souvent victimes
d’arnaque diverse dans les chantiers chaque fois qu’il y a contrôle ou
rafle. Enfin, nous avons les Camerounais qui travaillent dans les
institutions des Nations Unies. Ceux-là partagent les conditions des
diplomates à Malabo et vivent normalement ».

L’ambassadeur s’est également étendu sur l’obtention des
papiers. «Nous aidons ceux qui entrent dans le pays avec le visa et qui
attendent d’être régularisés à avoir leurs papiers. Comme dans tous les
pays, l’administration connaît des lenteurs. Nous avons demandé à ceux
qui veulent régulariser leur situation de déposer leurs dossiers à
l’ambassade, car nous nous sommes entendus avec les autorités
équato-guinéennes». Quant à ceux qui entrent sans visa dans le pays,
ils ne se signalent généralement pas, selon l’ambassadeur. « Mais ce
n’est pas pour autant que nous les abandonnons. Il faut qu’ils se
signalent pour pouvoir être aidés »

Les mobiles des départs de mai

« Le 12 mai, le ministre des Affaires étrangères a invité la
communauté diplomatique en Guinée Equatoriale à aider le pays à
rapatrier les sans-papier, affirme l’ambassadeur. La communication
annonçait des rafles, mais les Camerounais ont passé la fête du 20 mai
sans problèmes. Les retours qu’on a enregistrés aux mois de mai-juin
font partie des rapatriements volontaires. A Bata, ceux qui sont
inscrits au consulat ont été conduits à la frontière dans des cars
affrêtés par le consulat, escortés par la police afin de les mettre à
l’abri des tracasseries le long du parcours. Ces Camerounais sont
rentrés avec leurs effets alors qu’un expulsé n’a pas eu le temps de
prendre son sac.

928 personnes ont été enregistrées pour le rapatriement
volontaire. 309 ont pu rentrer au pays alors que les autres sont
retournés dans les maisons, les chantiers. Ils ne sont pas inquiétés
jusque-là mais pourraient l’être encore. Dès qu’il y aura une reprise
des rafles, tous vont accourir au consulat et j’espère que nous serons
mieux équipés car on nous a annoncé une dotation du chef de l’Etat pour
les encadrer. Beaucoup d’expulsés restent à Kye-Ossi, et dans l’espoir
de rester là ou retourner en Guinée Equatoriale dès que possible,
cachent leurs papiers. Il faut que le Cameroun vérifie que tous ceux
qui sont là-bas sont bien des Camerounais et cela peut prendre du temps
».

Les exactions subies par les Camerounais

Répondant à une question des journalistes sur les exactions
dont sont victimes les Camerounais dans ce pays voisin, le diplomate
s’est déclaré « touché » par la situation. « Nous ne sommes pas fiers
de voir des Camerounais maltraités. Notre rôle n’est pas de remuer le
couteau dans la plaie. Je ne dénie pas ces choses qui sont faites par
des individus et qui ne sont pas connues et acceptées par les autorités
équato-guinéennes. Ces Camerounais, qui ont des difficultés, doivent
venir à l’ambassade et au consulat car nous pouvons trouver le moyen de
les aider. Malgré ces tracasseries, les Camerounais iront toujours en
Guinée Equatoriale, mais il faut qu’on organise ces départs pour leur
permettre de vivre dignement ».

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s